+33 (0)1 44 30 70 80 contact@cinov-numerique.fr

Créer de l’emploi : le projet achats Pareto !

 

Un simple battement d’ailes de papillon peut-il déclencher une tornade à l’autre bout du monde ?

L’effet papillon pour la création d’emplois pourrait bien être l’application aux achats du principe de Pareto.

Quelques postulats de base à considérer :

–          Les entreprises du CAC 40 ont réalisé 1248 Mds d’euros de CA en 2013, 50% de ces montants sont transformés en achats, soit environ 600 milliards d’euros,

–          16% des achats des grands groupes adhérents de pacte PME se font en direction des PME,

–          9% des achats publics des institutions adhérentes de pacte PME se font en direction des PME

–          Il faut en moyenne 100 000 €uros d’achats pour créer un emploi dans une PME.

–          70,5% de l’emploi salarié est situé dans les PME (cf : panorama des PME 2011

Le principe de Pareto ou la loi des grands équilibres communément appelée loi des 80/20

–          En moyenne, 80% des richesses sont détenues par 20% des personnes

–          Aujourd’hui, la tendance est à la concentration. Les grands groupes devenant de très grands groupes de plusieurs centaines de milliers de salariés ce qui tend à remettre en cause le principe de PARETO en partant vers une tendance 85/15 puis 90/10 voire 95/5 ! Bien que vertueux pour les marchés, cette tendance ne permet pas la création d’emplois en France.

Comment créer de l’emploi en France ?

La masse très importante d’achats réalisés par les grands groupes Français constitue un réservoir énorme qui peut se transformer en milliers d’emplois. Chaque % supplémentaire d’achats réalisé par les grands groupes en direction des PME permet de créer plus de 10000 emplois.

L’idée est donc basique. Appeler chaque acheteur à essayer de réaliser au moins 20 % de ses achats (dans chaque famille d’achat) auprès de PME.

En lançant cette initiative, chaque entreprise acheteuse, chaque branche, chaque acheteur, contribuerait à créer de nombreux emplois, sans aucune difficulté, sans légiférer, tout en dynamisant notre tissu entrepreneurial territorial, pourquoi ?

La stratégie de massification qui consiste à réduire le nombre de fournisseurs référencés contribue techniquement à limiter le potentiel de création d’emploi dans les PME. L’effet produit est celui de la concentration qui amène les grandes entreprises à devenir de plus en plus grandes et les petites de plus en plus petites. Une partie des marchés obtenus par les sociétés référencées est certes sous-traitée à des PME, ce qui contribue à maintenir une partie de l’emploi, mais cela se fait d’une part au prix d’une détérioration de marge pour la PME (ce qui lui retire une partie de sa capacité d’investissement) et d’autre part, cela retire à la PME son contact direct avec le client « final », lui ôtant par la même sa capacité d’anticipation dont on sait qu’elle est nécessaire pour permettre l’investissement en général et humain en particulier.

Si l’on se pose dans une logique de développement durable : ne pas respecter le principe de Pareto, c’est prendre le risque d’appauvrir la « base ».En appauvrissant ce tissu essentiel à notre économie, nous participons collectivement à réduire le pouvoir d’achat des Français qui sont les consommateurs d’aujourd’hui et de demain. Si les Français ne travaillent plus, si le chômage augmente, c’est le tissu de consommateur qui s’appauvrit enlevant de plus en plus de clients potentiels locaux à toutes nos entreprises ce qui les appauvrira progressivement.

Quel changement possible sans créer de lois. L’appel à l’achat responsable !

Messieurs mesdames les acheteurs sans vous obliger, essayez de :

– Continuer à massifier tout en réservant à minima 20% de vos marchés aux TPE-PME :

  • faire en sorte que 20% de vos achats se fassent auprès de fournisseurs non référencés (pour favoriser l’émergence de nouvelles entreprises dynamiques)
  • Faire en sorte de tailler le plus de lots possibles de manière à ce que les petites entreprises puissent répondre

– Faire un tableau des effectifs de vos fournisseurs au 1er janvier et 31 décembre en France et à l’étranger. Chacun pourra ainsi voir quelle est la politique d’emploi de ses fournisseurs.

La démarche est formidable, c’est celle de l’innovation globale au service de l’emploi. Chaque acheteur connait un chômeur, nous en connaissons tous. Cela serait un très fort élément de motivation de lui demander de contribuer concrètement, lui aussi, à la création d’emploi en France. Souvenons-nous de ce chiffre, 100 000 € d’achat d’une une TPE-PME revient à créer un emploi… Combien de centaines de milliers d’euros sont dépensés chaque année par chaque acheteur ? Combien d’emplois ainsi créés ? L’effet papillon fonctionne pour la protection de l’environnement, nous avons la possibilité de le faire fonctionner pour créer de l’emploi sur nos territoires.

Tous motivés ! Acheteurs, chefs d’entreprises, consommateurs, nous devons tous devenir des acteurs à part entière d’un écosystème qui profite à tous, dans la durée. Entrer dans une logique de développement durable, ce n’est rien d’autre qu’entrer dans une logique de pérennité, d’innovation commune, de progression du pouvoir d’achat.

Pensez à faire 20% de vos achats dans les PME, demandez à vos fournisseurs l’évolution de leurs effectifs en France et à l’étranger et laissons jouer l’effet papillon !

vous êtes d’accord ? dites-le !!! publiez-le !!! vous êtes un ACTEUR ACHAT PARETO RESPONSABLE

Yann TRICHARD

cofondateur de SYD Conseil  (Digitalisation stratégique)

adhérent CINOV IT

membre du bureau National du CJD